Affiche de la 19 ème édition du festival astropolis de Brest

astropolis-prog2013.jpg

La 19e édition du festival électro Astropolis se déroulera du 4 au 13 juillet à Brest, présentant à son public un large éventail nouveaux talents et de pointures internationale dans le domaine des musiques électroniques. La programmation s’annonce vraiment alléchante ! Avec entre autre le surestimé Woodkid, James Holden, Agoria, Gesaffelstein, Sebastian, Kap Bambino, le très bon Digitalism, et le génial Mondkopf…



Programmation de la 19e édition du festival électro Astropolis



À l'affiche du Jeudi 4 juillet : soirée d’ouverture

C’est Woodkid vidéaste de talent dorénavant musicien électro star depuis la sortie très remarquée d'un album de musique électronique pachydermique et bien poisseux qui ouvrira le festival. Il faut toujours une tête d'affiche mainstream, médiatique dans un festival pour attirer le grand public et lui donner envie de découvrir d'autres univers, puis bon, c'est toujours mieux que David Guetta. L'univers de Woodkid semble être influencé par Wagner, les grands hymnes nationaux avec de gros cuivres, des cordes graves et percussions puissante et tribales, accompagnée d'une voix monocorde; résultat musical bien pompeux mais qui accompagne plutôt bien l'imagerie onirique de l'artiste qui réalise des clips sublimes ( un vidéaste genial!). Qu'on aime ou pas, The Golden Age s'arrache sur iTunes et dans les hypers en têtes de gondoles en France comme à l’étranger. Sur scène je ne sais pas ce que ça va donner, mais ça risque quand même d'être claque visuelle!

Lieu : La Carène, Brest,

Horaire: dès 20 h 30.

Tarif: 30 €.

Cabaret sonique : James Holden la pointure du label electro british Border Community. Un DJ hors norme qui réinvente le groove techno. Il s'est fait remarquer notamment par des collaborations avec Madonna ( un vrai collabo quoi) ou les neo-zélandais de Mercury Rev. Il revient sur le devant de la scène avec son album The Inheritors, un travail très attendu par les amateurs du genre ou il transgresse tous les archétypes de la musique digitale .

Lieu : Au Vauban, Brest

Horaire: à partir de 23 h 30

Tarif: 18 €.

Vendredi 5 juillet : le Bunker Palace


le mystérieux musicien français Kavinsky et sa disco lancinante digne de Giorgio Moroder[1] . Auteur du Nightcall, titre phare de la BO du thriller routier culte Drive. … Heureusement qu'il a pas son tube à Luc Besson pour Taxi 5 ou 6...

Jackson & his computer band : inclassable objet électo aux rythmes hardcore énergiques, un show ou il s'accompagne de ces machines, qu’il a lui même inventé, electro geek expérimental au BPM high intensity.

Daniel Avery : Jeune talent Rosbif, producteur renommé dans la perfide albion, le musicien revisite le meilleur du rock, du punk ou de la new wave, pour créer un univers psychédélique et planant.

Mondkopf : son premier album Galaxy of Nowhere, en a fait une véritable pointure de l'électro à sa sortir en 2009, génie de la french touch influencé par des grands comme Brian Eno, Modeselektor ou Aphex twin, va nous sortir son ingénieux mélange de techno dark et d’ambiant frénétique, teintés d'envolée mélodiques..

Horaire: de 21 h 30 à 4 h,

Lieu: la Carène, Brest

Tarifs: 25 à 30 €.

L’Astroclub


Robert Hood : un vieux de la vieille, véritable légende du mouvement techno de Detroit. Sa musique sorte de néo soul électro est une véritable allégorie musicale de l'ex capitale américaine de l'industrie automobiel, un son métallique, qui ne manque pas de sensibilité.

Blawan : je peux pas tout connaître, mais selon la presse British, ce batteur de formation, est le prochain gros truc qui pourrait tout fraccasser, le jeune homme pratique techno dark qui va droit au but... ( à vérifier quand même).

Deetron : Producteur helvète auteur d'une œuvre riche, qui sur scène déploie tout son talent qu'il ne cache pas dans un coffre chez UBS. Technicien hors pair de la platine, il débite du gros BPM house bien groovy.

Eggo : que dire, il est jeune et français... la génération Y de l'électro. Personnellement, jamais entendu parler, il faut donc faire confiance à l'organisation du festival qui promet une grosse baffe durant son gig.

De 23 h 30 à 7 h,

Tarif: 20 et 25 €,

Lieu: à La Suite, Brest.

Samedi 5 juillet : la nuit de Kéroual

Le sommet du festival Astropolis qui monte en puissance, sur quatre scènes à l’identité bien marquée.



La Cour:


Marcel Dettman: producteur Berlinois, vétéran du mouvementtechno. Un authentique, sans chichi mais accessible au plus grand nombre.

Agoria : l’un des porte étendards de la techno en France. Ses sets mélangent ses influences, de la techno racée à la minimale lancinante et sont à chaque fois de petits événements.

Nina Kraviz : la bombe anatomique Russe qui débitera son gros son house/ techno et acid house.

Pachanga Boys : Duo formé par le Mexicain Rebolledo et l’Allemand Superpitcher.

Kink : génie Bulgare dont les prestations scéniques en ont fait une légende dans son domaine.

Sonic Crew : Da’Gil, Grolex et Dralbant: les locaux du festival et des Cabarets Soniques, trois pointures de la scène électronique brestoise.

Astrofloor

Gesaffelstein : le renouveau de la scène techno française. Un gros son influencé par la cold wave des 80's. On nous promet une véritavle messe noire aux allures éléctro indus ( à vérifier sur place) !

Flume : Harley Streten aka Flume, Jeune Australien de 21 ans. véritable virtuose de l’électro.

Sebastian : un punk dont album « Total », savant mélange de rage éléctro et de pop écorchée vive.

Kap Bambino : alias Caroline Martial au chant et le geek Orion. La prestation live promet d'être bien nerveuse.

Siriusmo : Moritz Friedrich, le magicien berlinois des claviers, le Rick Wakeman[2] de l'électro, est un artiste d'avant garde. Un moment très attendude cette 19e édition.

Digitalisme DJ set : Duo allemand composé de Jens Moelle et Ismail Tufekci qui nous offre ici leur comeback après 6 ans de mutiseme. Ce duo est une légende du beat. Un son à faire bouger n'importe quel individu apathique, une véritable machine de guerre big beat électro.

Electric Rescue versus Manu Le Malin : battle techno made in France.

Dirtyphonics : dubstep, électro et drum’n’bass proposé par un quatuor explosif.

Tymon : Australien hardcore, show au groove explosif etpuissant et percussions massives.

Dope DOD : des maîtres incontestables du hip hop hardcore US. Un set qui promet d'être hors normes.

Elisa Do Brasil : une habitué d’Astropolis que l'on ne présente plus.

Manu Le Malin : malin, je ne sais pas, peut-être un peu pour avoir su depuis des années se faire une place à part dans l'histoire de la techno bien de chez nous.

AK47 : un membre de la scène hardcore française, qui à chaque fois met du plomb au service de la rave-party.

Niveau zéro : Frédéric Garcia alias Niveau Zéro mélange subtilement dubstep, breakcore, hip hop ou métal. Un fusionneur quoi!

Scène Tremplin

Madben, le parrain des talentueux artistes issus du Tremplin Grand Ouest qui viendront le rejoindre sur scène : Théo Muller, Dee Jay Ober, Dehousy, Rooz & Side-C, Alphaat, James Deanozalski…

Horaire: 21 h 30 à 9 h,

Lieu: au manoir de Kéroual, Brest.

Tarif : 33 et 35 €,

Samedi 13 juillet : la fête surprise

Grosse free party pour laquelle sont déjà confirmés : Friz Kalkbrenner, Scratch Bandits Crew....

Notes

[1] Compositeur, producteur de musique synthétique et arrangeur musical italien, connu pour sa collaboration avec Donna Summer pendant la vague disco avec des titres comme Love to Love You Baby et I Feel Love, la bande originale de Midnight Express et de Scarface de Brian de Palma

[2] Génial pianiste/ synthé de YES dans les 70's

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://blog.bretagne-balades.com/index.php/trackback/6652

Haut de page